Stratégie Systémique

Les entreprises sont, quelle que soit la volonté de leurs dirigeants, confrontées aux effets de la « globalisation ». C’est certain pour les grandes entreprises, mais également pour les PME qui sont souvent les fournisseurs des « grands ». Leur stratégie doit donc impérativement prendre cette dimension globale en compte. Il n’est plus possible dans ce cas de tenir des raisonnement analytique, on est contrait d’adopter une vue une vue systémique… mais la question se pose: comment avoir une stratégie systémique.

Pour aborder la vision systémique, parfois également appelée management de la complexité, il faut en premier lieu bien différencier complexité et complication. Pour faire court, la différence est de taille, et revient a admettre un changement de façon de penser (paradigme). Le complication, ou les questions liées aux situations compliquées peuvent être abordées (et résolues) par une méthode analytique classiquement connue comme la logique de Descartes qui consiste a découper la question en autant de petites parties et analyser les causalité des actions en faisant un raisonnement « logique ». Cette méthode qui est la base de la science classique ne parvient pas a expliquer, encore moins prévoir les situations complexes. Les sciences dites « dures » ont elle-même fait le constat que le niveau de nos connaissances nous demande aujourd’hui d’avoir une vision constructiviste des choses et admettre que nous participons par nos actions et notre simple existence, à la construction de la réalité. 

Entrer dans le monde de la complexité signifie accepter de se débarrasser des « certitudes », accepter que la vérité n’existe pas en tant que telle, et donc prendre en compte les interactions, les régulations que toute action engendre. Il en découle de façon immédiate que le management stratégique dans la complexité suppose que nous soyons disposé a prendre en compte tous les effets de rétroaction et de régulation et donc modifier en permanence nos actions.

Nous devons de façon pratique cesser de chercher des solutions par l’application d’une méthode de management qui serait une panacée universelle. Est-ce a dire que nous devons définitivement mettre au panier toutes les méthodes vantées, comme le Kan_Ban, le Lean ou autres? C’est possible, mais pas certain car il y a dans ces méthodes des choses pratique qui effectivement peuvent aider à améliorer la gestion… surtout si il s’agit du quotidien… et de problèmes « simples ». par contre ces méthodes ne seront pas d’une grande aide si nous devons avoiir une pensée stratégique a propos d’une organisation complexe comme une entreprise qui doit prendre en compte les aspects sociétaux et culturels.

Devons nous également changer de gouvernance et jeter aux orties la « participation »? Pas plus, sauf que nous chercherons a l’utiliser la ou elle a du sens c’est a dire quand elle est comprise et voulue par les parties prenantes.